Foi et médias: revoir le discours pour ouvrir de nouveaux chantiers

Quelle est la place des valeurs chrétiennes dans nos médias et quel est l’impact des médias sur le vécu religieux? Voilà deux des questions auxquelles le journaliste Jean-Robert Faucher était appelé à répondre lors de l’Assemblée annuelle des prêtres du diocèse de Sainte-Anne qui se tenait au Collège de Sainte-Anne le mercredi 19 juin dernier.

Journaliste-réalisateur pour les émissions Second Regard et La Semaine Verte au cours des douze dernières années, Jean-Robert Faucher a d’abord signalé que même si elles « n’apparaissent pas clairement dans le discours des médias, cela ne veut pas dire que les valeurs chrétiennes en sont totalement absentes. » Tout est souvent une question de perception, disait-il

Admettant volontiers que ce qui intéresse les médias, c’est d’abord ce qui suscite la controverse, Jean-Robert Faucher établit toutefois une nette distinction à ce chapitre entre les grands médias nationaux et la presse locale. Toutefois, malgré l’étalement fréquent de scandales, jamais n’a-t-on autant entendu parler de religion dans nos médias que depuis la renonciation de Benoît XVI et l’élection du pape François. Il voit donc dans cette apparente dualité la persistance de valeurs chrétiennes qui se cherchent des canaux de transmission.

Comment alors utiliser les médias afin de faire contrepoids à une presse négative face aux organisations religieuses? À cette question, Jean-Robert Faucher répond qu’il y a un potentiel énorme de gens à aller chercher, mais d’une autre manière. Il faut, disait-il, « revoir le discours, retourner aux sources que sont les Évangiles et la Parole de Dieu; se rapprocher des gens mais en toute simplicité. » Il y a un travail de transmission des valeurs à faire et c’est là l’un des premiers chantiers à ouvrir.

008Un second chantier à investir est celui des médias sociaux de plus en plus présents dans la sphère médiatique et de plus en plus utilisés de par le vaste monde. Il faut donc apprendre à « travailler le message afin de le rendre efficace ». Cependant, l’instantanéité de l’information ainsi véhiculée peut comporter des dangers, admet M. Faucher. Mais, ajoute-t-il, il ne faut pas craindre d’être proactifs avec les citoyens et surtout ne pas craindre d’affirmer votre foi. Pour lui, l’utilisation des médias sociaux peut être un excellent moyen d’entrer en conversation avec les jeunes qui sont généralement férus d’internet et d’informatique.

Aujourd’hui retraité de Radio-Canada, Jean-Robert Faucher dirige sa propre entreprise : « Les productions du Tocsin ». Cette petite boîte est spécialisée dans les communications et les productions de sujets à caractère patrimonial et l’animation de colloques et ateliers. C’est son expérience qui lui a permis de maintenir avec son auditoire un climat d’échange dynamique où chacun a obtenu toute liberté de s’exprimer. En quittant la salle de rencontre, la plupart des prêtres disaient avoir grandement apprécié leur avant-midi d’échanges.

Hommages et banquet

Si l’avant-midi fut consacrée à débattre autour du thème Foi et médias, les prêtres du diocèse ont consacré leur après-midi à différentes rencontres avec leur évêque et les responsables de leur Mutuelle.

Par la suite, on a rendu hommage aux prêtres qui célèbrent cette année 50 et 60 ans de vie sacerdotale. Pour les jubilés d’or, notons les noms des abbés Jacques Beaulieu, Odilon Hudon, Benoît Laplante et Denis Lepage. Ceux qui célèbrent cette année 60 ans de prêtrise sont les abbés Luc Deschênes, Martin Lamarre, Jean-Baptiste Ouellet et Jacques Simard.

Après la célébration eucharistique présidée par Mgr Moreau, les prêtres du diocèse ont pris place autour de la table du banquet, clôturant ainsi leur rencontre annuelle.